EDITIONS DES TRABOULES

Catalogue de l'Editeur


Chauvy, Gérard
Lyon criminel
 «Je regrette bien que le roman d'énigme policière ait à peu près achevé sa carrière aujourd'hui. Il l'a achevée parce qu'il a fait le tour de toutes les situations possibles et qu'il n'en trouve plus de nouvelles. Il nous reste la ressource de lire les anciens...» Ce qui paraissait vrai, il y a quelques années déjà, pour le roman policier, le serait-il aussi en réalité, dans le domaine criminel ? Ou bien, par excès de nostalgie, serions nous trop facilement portés à croire que le crime n'est plus ce qu'il a été ? Les «Apaches» et les «bandits en automobile» de la Belle Epoque, les assassins dépeceurs de leurs victimes enfouies dans des «malles sanglantes», l'énigme du meurtre sans cadavre ou sans mobile apparent, le mythe de la «veuve», la «guillotine», l'assassinat mystérieux d'un notable de quartier, le «gang des tractions avant», les meurtres sordides de femmes seules et enfin l'ère des caïds du «Milieu», intouchables grâce à leurs «relations», voilà qui donne une liste à glacer le sang. Qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Des histoires. Ou plutôt une Histoire avec un «H majuscule». Car, comme pour le «roman d'énigme policière», nous avons l'impression que, pour l'essentiel, après cela, tout a été vu, entendu et su. Le genre paraît épuisé. Il faut beaucoup d'imagination ou d'ingrédients neufs pour réutiliser sans copier banalement, la recette qui a servi de base à ces intrigantes littératures que ces conduites criminelles ont inspiré et qui tenait en trois questions : «Qui a tué ? Comment a-t-il tué? Comment serat- il découvert?».
Alors de ces histoires vraies, comme on n'en fait plus, nous en avons sélectionnées quelques-unes, bien lyonnaises puisque nous le sommes nous-mêmes, tirées d'un passé plus ou moins lointain. Cette plongée dans le «Lyon criminel» n'est pas sans raviver dans notre mémoire le titre d'un livre écrit naguère par un journaliste lyonnais de talent, hélas trop tôt disparu : André Seveyrat. Son préfacier, qui lui aussi nous a quittés, Félix Benoit, parlant d'autorité puisqu'il rappelait qu'il avait été l'ancien assistant du célèbre docteur Locard au laboratoire de police de Lyon, le décrivait comme «un chercheur acharné». Et derrière un visage de pasteur anglican, ajoutait-il, il dissimule habilement parmi les quadrillages de son âme de cruciverbiste, un flair de détective aussi subtil que celui de Sherlock Holmes Il.
Mais puisque la silhouette légendaire du détective cher à Conan Doyle apparat, cela nous rappelle que le crime n'attend pas, les criminels non plus d'ailleurs. Il faut nous rendre maintenant sur les lieux de leurs forfaits...
Gérard Chauvy est historien et journaliste.
Paru le
octobre 2005
Broché
200 pages
 Prix Editeur
15,00 €
ISBN
2-915681-05-8
EAN13
9 782911 491245
Collection
Documents

Entrée EDT
Catalogue
Nouveautés
Page précédente

mise à jour : 2006-10-04